oeufs panier

Éditeurs web, ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier

La vie d’un éditeur web n’est pas un long fleuve tranquille. Entre les mises à jour de Google et les tendances de différents secteurs d’activité, l’agilité est une des qualités indispensables dans cette profession. Je suis éditeur web depuis 5 ans, et j’en ai encore fait les frais cette année. Petit retour d’expérience.

J’édite des sites web depuis 5 ans maintenant. Je ne suis pas un gros acteur, nombre de confrères disposent de sites bien plus puissants que moi et gagnent beaucoup plus d’argent. Mais j’ai trouvé mon rythme, qui me convient très bien. J’édite une quinzaine de sites web. Je travaille sur 3 secteurs principalement : Business, loisirs extérieurs et Finance. Jusqu’ici, mon principal Money-Site est très bien positionné sur le secteur loisirs.

Comme d’habitude, courant décembre, je fais le bilan de l’année et prépare mes plans d’action pour l’année suivante. J’ambitionne de belles hausses de revenus et mets en place les différentes actions pour y arriver. Tout baigne.

Cependant, le mois de janvier passe, et février est bien entamé et… rien ne se passe comme prévu. Alors, oui, nous ne sommes qu’en février, mais l’année avance vite et le constat est le suivant :

  • Mon Money Site loisirs arrive difficilement à faire le même nombre de visites vs N-1
  • Mon Money Site loisirs ne vend pas d’articles et les Pub Adsense sont stables
  • Mon Money Site loisirs ne fonctionne pas en affiliation.

Mais, et heureusement :

  • Un de mes sites Business dépasse largement mes objectifs
  • Un site voyage semble être remarqué par Google et… les plateformes de netlinking.

Cette situation, au-delà de stress qu’elle engendre, me confirme une chose, pour les éditeurs web, que je disais souvent à mes clients, quand je travaillais dans la finance :

Ne jamais mettre tous ses œufs dans le même panier.

Voyons cela ensemble.

Variez les thématiques de vos sites web

La première chose à retenir de cette situation, en tant qu’éditeur web, est de varier les thématiques de ses sites. En effet, un éditeur web dépend très largement des cycles économiques. Nos clients sont des professionnels, des acteurs d’un marché. Si le marché est cyclique, leurs investissements le sont tout autant. Prenons l’exemple des blogs voyage. Pendant l’année 2020, nombre de blogs ont pris des claques, à cause du Covid. Mais, de façon plus classique, tous les secteurs d’activité sont soumis à des cycles économiques : L’immobilier, la mode, les loisirs, la bourse,…

Pour bénéficier d’une certaine régularité dans vos revenus, vous devez donc varier les thématiques de vos sites web. Les cycles économiques ne sont pas les mêmes pour tous les secteurs. Par exemple, si vous prenez l’immobilier, et la bourse, ces deux secteurs sont généralement assez complémentaires et peuvent se substituer l’un à l’autre.

Si vous êtes un petit éditeur, comme moi, essayez, dans la mesure du possible, de trouver des niches que vous aimez, afin de garder une certaine motivation. Et restez sur 3 ou 4 thématiques différentes. Si vous voulez vraiment monter en puissance, sous-traitez la rédaction et automatisez vos tâches au maximum pour éditer plusieurs dizaines de sites.

Recherchez plusieurs sources d’acquisition de trafic

Le deuxième enseignement de cette situation est celui de l’importance de varier les sources d’acquisition de trafic sur vos sites web. Google n’est pas notre ami. Ni notre ennemi d’ailleurs, mais il fait son job. Et son job, c’est d’être pertinent pour les internautes, et de gagner de l’argent. Votre site, il s’en fout. En tant qu’éditeur web, notre job, c’est d’avoir un maximum de trafic sur nos sites et de gagner de l’argent grâce à ces visiteurs et au positionnement de nos sites.

Alors, bien évidemment le gros de notre travail passe par le SEO, le référencement naturel. Notre objectif est de plaire aux internautes et à Google. Cependant, rien n’est jamais acquis. Nous ne sommes jamais à l’abri d’une mise à pour du moteur de recherche. Dans ce cas, le risque de tout perdre est bien réel. Avoir des pages qui passent de la première position, à la 10ème, en deuxième page, c’est perdre tous les revenus liés à cette page, ou ce site.

Il est donc indispensable d’anticiper de telle situation en variant les sources de trafic. Pour cela, ne négligez pas :

  • Les réseaux sociaux
  • Les newsletters
  • L’impact de la marque

Variez les sources de revenus de vos sites web

Enfin, le troisième enseignement de ce début d’année est celui de varier ses sources de revenus. Là encore, les tendances peuvent varier. Il existe plusieurs moyens de rémunérer un site web :

  • Articles sponsorisés
  • Publicité
  • Affiliation
  • E-commerce
  • Vente de formations

Mon site Loisirs n’a vendu aucun article sponsorisé depuis 45 jours. Les pages liées à l’affiliation n’ont pas fait mieux. Il faut sans doute que je les améliore. Pourtant, ce site reste encore une belle source de revenus grâce à la publicité Adsense. Cette variété de sources de revenus m’aide donc à passer cette période douloureuse. Cette publicité va me permettre de retravailler mon site de façon plus sereine, sans être pris à la gorge financièrement.

Mais vous devez même aller plus loin en travaillant avec plusieurs partenaires. C’est surtout le cas pour les plateformes de netlinking ou les plateformes d’affiliation.

Pour résumer, gagner de l’argent, durablement, avec ses sites web n’est jamais gagné. Et pour bénéficier de revenus passifs… il faut rester actif !

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *